Via Tolosana, 18 mai

Publié le par Denis

Via Tolosana, 18 mai

Une simple pierre, et c'est tout un continent qui s'offre avec ses vallées, ses déserts, ses villes sous le soleil, pour peu qu'on s'y attarde avec le regard distant d'un Thomas Pesquet depuis la station orbitale. 

Ils s'appelaient eux mêmes les bons hommes et les bonnes femmes, ces cathares si bons qu'ils ont été offerts aux flammes sur la colline par leurs congénères. 

Quel couturier croyez-vous a habillé ma chair pulpeuses de ce rouge si appétissant, sinon le soleil. Depuis je me sens "à croquer". 

Ce champ est un chef d'œuvre. Il n'attend que la promenade d'une femme à l'ombrelle et de sa fille pour acquérir sa valeur marchande. 

Merci à René-Claude et à Patrick qui ont fait, de ruines fortifiées en haut de Montferrand, ce beau lieu d'accueil et de retraite hors du temps, respirant l'ouverture et la bonté. 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Via Tolosana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Encre Mauve 21/05/2021 09:34

On la voit presque, en filigrane, la femme, LA femme...

Denis 21/05/2021 11:07

Encore l'origine du monde ! ????