Via Tolosana, 16 mai

Publié le par Denis

Via Tolosana, 16 mai

Vivre l'adversité, c'est parfois se concentrer sur un détail, ici celui de tenir son chapeau, et oublier tout le reste. 

La langue du jour est déjà bien chargée, c'est la promesse de baisers mouillés. 

Qu'est ce qui retient la goutte à la tige si ce n'est de vivre le plus intensément ce moment entre ciel et terre, où elle existe encore et se différencie des autres, avant d'être absorbée par la terre pour mener à bien sa tâche de goutte d'eau, qui à étancher la soif des bêtes, qui à nourrir les plantes, qui à rejoindre la source ou grossir directement la rivière puis le fleuve. 

Faute d'avoir la visite de céans, le banc muet se laisse aller. Il ne s'entretient plus et sert désormais de support aux lichens et aux mousses, tout en méditant sur son inutilité. 

 

Un monastère est un lieu d'où partent plusieurs fois par jour les prières des moines ou des moniales, comme autant des mains heureuses qui s'en vont entourer la terre de leur tendresse bienfaisante. 

Ici celui d'en Calcat, où Dom Robert priait et dessinait de ses mains heureuses parmi les plus belles des tapisseries d'Aubusson du 20ème siècle. Merci à tous les moines et aux moniales de par le monde de maintenir au nom de leur foi, l'accueil à quiconque se présente. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Via Tolosana

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

geneste 18/05/2021 12:39

oups grâce à toi

geneste 18/05/2021 12:38

de la sculpture à la goutte d'eau en passant par le banc oublié et les prières des moines, tout est nécessaire et beau puisque ton regard s'en est ému et nous touche grâce à to.

denis 25/05/2021 15:28

Merci Isabelle pour tous tes commentaires durant ce périple, plus touchants les uns que les autres.