Aux amoureux

Publié le par Denis

Aux amoureux

Lorsque l’eau rencontre le pont, c’est l’arche qui s’offre d’abord à elle.

Et avec l’arche, le vide créé par le cintre de pierres.

 

Pour le passant, ce qui importe, c’est le tablier,

Mais pour l’eau, c’est le vide par où s’engouffrer.

 

Et si ce vide n’est pas suffisant, elle renverse le pont.

 

Il y a des ponts qui ont été emportés

D’autres ont tenu qui ont eu la sagesse

De laisser un vide généreux entre leurs piliers.

 

Aimez-vous,

Mais avant de vous pencher l’un vers l’autre,

Mieux vaut calculer le vide nécessaire

Pour que le flot de la vie montueuse

que votre amour va connaître

Puisse s’écouler librement entre vous.

Publié dans 'poétie'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
J'aime beaucoup!... De plus la photo est superbe! Merci Denis...
Répondre
D
Un endroit magnifique, la vallee de la Rauze, sur une variante de Compostelle, parcourue cet été entre Roquamadour et Cahors.
E
Magnifique! comme un écho de Kalil Gibran.
Répondre
D
Oh! Quel rapprochement osé... Dans le ton, peut être à défaut de l'ampleur. ????
H
Le vide nécessaire pour le passage du flot de la vie...et pour l'épanouissement de chacun...;)
Répondre
D
Merci Hélène,
Le vide médian de F Cheng, entre les deux piliers du pont.