Le choix

Publié le par Denis

Ce doit être à peu près comme ça, le choix…

D’y aller ou pas !

 

On n’ignore rien de la vastitude, ni de l’infinitésimal

On sait que c’est une plongée dans le temps, courte

Qui ne durera qu’une fraction de notre existence,

La vie terrestre. Mais on ignore tout du reste.

 

A commencer par nos parents, que l’on sait devoir choisir.

Ils sont notre passage obligé vers le souffle qui nous animera.

Mais nous ne voyons que des portes intérieures encore fermées.

Le choix se fait alors sur un coup de cœur ou sur le coup du hasard, c’est selon.

 

S’en suivra une myriade d’hélices cycloïdales, belles, uniques, notre ADN.  

S’en suivra un visage, avec des expressions singulières, jamais vues.

S’en suivra un corps, chétif ou gaillard dans lequel nous évoluerons.

S’en suivra un lieu, maison, palais ou terre battue, où grandir.

 

Notre choix, nous l’oublions ensuite confrontés aux exigences,

Car l’espèce nous absorbe dans ses impératifs de reproduction,

Nous-mêmes étant choisis par d’autres que nous appelons fils ou fille

Qui assisteront plus tard à notre entrée dans la sagesse, avant notre sortie,    

 

Dont nous avons déjà fait le choix

Et qui nous revient, alors.  

Commenter cet article