A l’ombre de nos aînés

Publié le par Denis

Nos aînés sont des arbres

À l'ombre desquels nous avons grandi.

Lorsqu'ils se couchent, nous vacillons.

Nous ne sommes plus protégés.

 

Jusqu’au voile de leur ombre nous manque.

 

Il nous faut alors prendre toute notre place

Et devenir ceux à l'ombre desquels grandissent d'autres,

Avant que vienne le temps de nous coucher,

Nous aussi, pour les rejoindre.

Publié dans trace du jour, 'poétie'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article