Nuit

Publié le par Denis

Alors que se glisse sous les paupières

Le voile du sommeil

Le corps, saisi par la main de l’ombre,

Se donne à la nuit.

*

Il sait que ses enveloppements

Lui promettent autant d’abandon

Que de saisissements et de mystères.

*

Le noir sied à la robe de la nuit

Comme le rouge aux lèvres du crépuscule

Qui lui ouvre le bal.

*

Nuit impudique aux secrètes alcôves

Tu mets à nu les chairs

Pour les rendre fécondes.

*

Tous songes consommés,  

Au rivage de la nuit,

La patience claudique

Vers le jour.  

*

 

 

 

    

Publié dans prose poétique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article