Ames sœurs

Publié le par Denis

 

Qu’est ce qui, de deux âmes, fait qu’elles sont sœurs ou qu’elles le deviennent ?

 

A coup sûr pas la naissance, puisque les âmes ne meurent jamais.

Elles deviennent sœurs … par la rencontre, en s’incarnant, à partir de cet océan d’immortalité où elles baignent.

Peu importe les circonstances, qui les amènent à se rapprocher ici-bas l’une de l’autre. 

Lorsqu’elles sont toutes proches, elles entament leur dialogue, d’âme à âme.

Ce dialogue dépasse le corps, qui ne fait que donner vie à leurs rires et leurs chuchotements, en laissant échapper un frisson, une langueur, une larme parfois, de joie.

Qu’ont-elles donc en commun ces âmes qui se disent sœurs, si ce n’est qu’elles se reconnaissent avec juste ce qu’il faut de similitude pour se comprendre et de différence pour se surprendre.

Elles se tiennent à l’écart de la grande sœur passion, qui cherche à fusionner tout ce que son feu touche.

Elles, les deux âmes sœurs, veulent garder leur singularité, elles tiennent l’altérité en grande estime.

Pour être complices, elles savent qu’il leur faut garder toute une part de mystère, et ne révéler que ce qui pourra nourrir une délicatesse nouvelle, dont les yeux embués ne seront que l’infime trace de cette vague venue de très loin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nemo 22/12/2019 13:12

Pour que les âmes se reconnaissent, elles doivent être ouvertes au coeur profond de l'autre. "Pourquoi le fruit s'i n'y personne pour le manger?. Ce n'est pas le fruit qui n'est pas mûr mais celui qui le mange"

Nemo 26/12/2019 08:09

Être mûr pour manger le fruit, c’est avoir en prélude la confiance dans ce qui peut advenir de la rencontre, et ne pas rêver l’avenir ( sinon on ne vit pas la vie présente mais on n’aime que son rêve) . Parfois le cycle des saisons est nécessaire pour se débarrasser de son vieux vêtement, afin de pouvoir goûter le fruit et accueillir la plénitude de la graine d’espérance nichée en son sein...

Denis 24/12/2019 09:45

Oui, je, suis d'accord ce n'est qu'au niveau du cœur profond que les âmes sœurs se reconnaissent.
Au cœur du fruit, la graine.
Lorsque le fruit tombe, c'est en raison de son poids d'espérance. Qui le mange peut goûter cette espérance.