Percer

Publié le par Denis

Percer

Le vieil arbre a laissé son feuillage faire de l'ombre devant la porte de la chapelle. Quelques feuilles craintives se sont approchées de sa cloche et frissonnent à son battement sonore.

A l'heure calme du soir où rentrent les troupeaux, lorsque le vent s'attarde et les agite, elles laissent percer un rayon du soleil jusqu'au sol.

Dans cet instant paisible, là où le chemin glisse lentement vers sa fin, le pèlerin aura fermé les yeux, percé par une lumière dont il sait que l'origine n'est pas le seul astre du jour.

 

O Vilar, le 24 juin 2016

 

Tous mes remerciements au couple propriétaire de l'albergue A Boloreta, qui a eu la bonne idée de l'ouvrir à deux kilomètres du chemin, ce qui m'a permis d'y trouver un lit. Les albergues précédentes sur le chemin étaient complètes dès 16h. Les pèlerins affluent désormais vers Santiago de trois chemins, celui du Nord, du camino frances et celui du Sud venant de Madrid. Il faut penser à réserver...

Publié dans Compostelle

Commenter cet article