La prêle dite encore communément queue de rat ou de chat ou de cheval

Publié le par Denis

La prêle dite encore communément queue de rat ou de chat ou de cheval

Celui qui marche ne saurait me manquer car je dresse mon port altier au bord des chemins en pays humide.

Il aurait tort de m'ignorer car j'ai malgré mon nom le sens de la fête. Venu droit de la préhistoire, je traverse au printemps la croûte terrestre depuis des millénaires poussant un à un les étages de ma tige de laquelle part un feu d'artifice vert de traits siliceux qui retombent en pluie vers le sol. Entre chaque étage de feuilles, je m'applique à dessiner un feston brun, soulignant la base d'une collerette de cheveux fins dressés vers le haut.

Chaque matin, j'invite la rosée m'amusant de la voir se pelotonner en boules éphémères, dont le jeu consiste à se tenir le plus longtemps possible sur la pointe et pour les plus téméraires sous la pointe de mes feuilles.

Je n'ose en dire plus car je ne veux pas apparaître fière, cachant à la manière d'un clown triste une blessure secrète que connaissent bien les botanistes; aucune fleur n'a daigné venir orner mon numéro d'équilibriste.

Ainsi je reste au bord des chemins, ne connaissant ni les vases des salons ni les jardins fleuris.

Monségur le 14 mai 2016

Ma profonde gratitude à Nelly, veuve qui se dit rebelle et porte fièrement ses 80 ans, nous ayant accueilli alors que tous les autres gites étaient complet, au mépris des mises en garde sur l'ouverture de sa maison à des pèlerins inconnus, que ne manquent pas de lui prodiguer les braves gens et dont elle n'a cure.

Publié dans Compostelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

S 15/05/2016 17:29

Merci Denis de nous mettre en valeur car nous sommes souvent reléguées au rang des "mauvaises herbes" et arrachées sans vergogne quand le courage de la propriétaire des lieux est au rendez-vous. Heureusement, ce n'est pas souvent !
Signé : les prêles du jardin de Marie

Denis 16/05/2016 19:33

Ah! Nous savons ...
Nous avons un faible, celui de croitre et nous multiplier dans les lieux où nous nous plaisons. Mais il faut nous remettre à notre place.