La porte

Publié le par Denis

La porte

Lorsqu'il leur disait:

- "entrez-donc!"

sa voix prenait une douce inclination, ses bras s'avançaient en offrande et ses mains s'ouvraient comme une invitation à y déposer le fardeau du jour.

La porte était connue des pèlerins qui ne manquaient pas de la franchir à Gargilesse.

Dehors, c'était les pierres et les hautes herbes, le soleil ardent ou la morsure du froid, dedans c'était le réconfort d'une soupe et d'une paillasse à la lueur des torches. C'était des gestes avenants,toujours, et le sourire du juste.

Ainsi le maître des lieux a-t-il fait graver, à la mort du portier, ce signe sur le linteau avec ses bras larges et ses mains ouvertes, donnant raison à Victor Hugo lorsqu'il écrit : "Tout ce qui a été vécu par les hommes aura été gravé dans la pierre."

Eguzon, le 28 avril 2016

Le gite collectif du syndicat aura été spacieux, certes, et avec toutes les commodités. Mais je privilégierai désormais les accueils pèlerins et les gîtes tenus par leurs propriétaires, tant la chaleur de l'accueil est irremplaçable.

Publié dans Compostelle

Commenter cet article