L'araignée

Publié le par Denis

L'araignée

Je suis l'être le plus délicat et le plus cruel de la création.

Hideuse à faire crier d'effroi, ne s'échappe pourtant de mon ventre que finesse et beauté.

Mon art est celui du vide que je rends délicatement présent.

Je tisse l'invisible.

La toile que je délivre au matin, ce rayonnement indolore qui fait d'un insecte de passage une proie, est devenue synonyme de reliance autant que de crainte pour les hommes, adulée par les uns, honnie par les autres.

Peu, me voyant écrasée par la tête de loup ou disparaître dans le tuyau de l'aspirateur pensent à dire: salut l'artiste!

 

Sainte Suzanne, le 25 mai 2016

 

Il est des jours où exprimer une quelconque gratitude ressemblerait à un simulacre. Je jette donc un voile pudique sur ce que le propriétaire nous annonçait comme "une maison de poupée" et s'est révélé comme un abri à la limite de la salubrité, l'hôte en étant surement resté à l'image pouilleuse des pèlerins apprise dans les livres d'histoire.

Publié dans Compostelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article