L'agneau

Publié le par Denis

L'agneau

Ils vont grandir tous deux au flanc d'un plateau où la roche affleure. Ils se nourriront de plantes sèches dans les escarpements sauvages et les prés trop pentus pour être cultivés.

Mais avant, ils auront connu le meilleur de l'existence: boire le lait maternel tandis que leur mère les aura regardés tendrement.

De là viennent leurs jeux et leur innocence, de n'être pas encore sortis de ce flot de tendresse qui les inonde.

Si leur image orne souvent les autels de tous ordres, c'est que cette innocence là se perd avec le jeune âge et qu'il faut bien des lieux ou des haltes sur le chemin pour la retrouver quelque fois, au fond de soi, encore tiède du lait maternel.

Huntans, le 10 juin 2016

Toute ma gratitude à Sandra, hôtesse attentionnée de l'albergue Santa Brigida dans ce petit village isolé, blotti dans un creux du plateau céréalier de la Meseta, sans arbres ni ombre, que je vais traverser durant quatre jours. Après la halte de Burgos, j'y ai trouvé convivialité et douceur, ainsi que beauté et simplicité, en particulier dans l'église dont les pierres répondaient bien à la musique de Bach.

Publié dans Compostelle

Commenter cet article