Chacun son chemin

Publié le par Denis

Chacun son chemin

Il est en chemin,

la montagne s'offre à lui après le pont. Il sait que pour rejoindre le col, il aura le choix entre plusieurs itinéraires dont celui qui longe la rivière et celui plus aérien qui passe par les crêtes. Il choisira celui médian qui surplombe la vallée,

Chacun son chemin.

Il a dormi dans le dortoir d'une albergue tandis que d'autres ont choisi plus de confort,

Chacun son chemin.

Il traine en route alors que d'autres marchent d'un pas régulier,

Chacun son chemin

Il se sait zélé dans sa démarche au contraire d'autres à la patiente équanimité,

Chacun son chemin

Tous rejoindront le même lieu, mais pas de la même façon,

Et chacune est respectable.

O'Cebreira, le 21 juin 2016

Tous mes remerciements aux initiateurs de la flambante neuve et seule albergue de ce village planté en haut du col, dans laquelle j'ai eu le lit numéro 92, me permettant de rester à admirer sur les hauteurs le somptueux coucher de soleil du jour le plus long de l'année.

Publié dans Compostelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djane 06/08/2016 10:40

Oh oh oh oh.... Les portes d'Atramenta ne se sont pas ouvertes ? Dans l'accueil clique sur auteur et cherche Lomi Lomi, oui mon nom de scène, :-D , puis Compostelle. Cela devrait être bon. Et si tu as le temps et aime la photo comme je le devine, dans le livret titré " l'œil de Danou" il y a les photos de cette amie (à qui j'ai donné ton lien voilliage ) sur lesquelles j'ai mis qqs mots. comment peut-elle être aussi peu confiante ?

Denis 12/08/2016 08:50

Bonjour Djane,
Voilà, j'ai pris le temps et suis bien arrivé aux écrits de Lomi Lomi. Il srévèlenet une personnalité bien attachante et pleine d'humour, lequel ne m'avait pas sauté aux yeux, dans l'état où tu te trouvais avec cette douleur à surmonter en permanence.
J'ai apprécié l'écriture vive dans Compostelle et la finesse de touche dans les aïkus, en écho aux photos de ton amie. Dommage qu'on ne puisse pas zoomer. Elle mériteraient d'être plus lise en valeur. Si je n'étais moi même l'auteur des textes qui accompagnent mes photos, je n'hésiterais pas à te solliciter.
Merci pour ce partage. Vas-tu continuer le livre Compostelle.
Je vois que tu as publié dans le livre vacances de rêves...
Que t'apporte ce site. Y a-t-il un éditeur auquel faire appel pour avoir un regard extérieur sur ses textes.
Merci d'avance pour ce partage de tes écrits et au delà sur les fonctionnalités de ce site.
J'espère que tout est rentré dans l'ordre pour ton pied et que l'été se passe pour le mieux
Bien à toi
Denis

Djane 30/07/2016 15:25

Je n'ai pas de site mais ai consigné notre voyage en ce lien; piètre écrivaillonne je suis... de don je ne l'ai que de parler de moi, môa.... Allez je m'en vais continuer la lecture de tes mots et partager le lien avec mon amie, photographe s'il en est, qui sûrement va aimer tes pages.
https://www.atramenta.net/account/write/write_online_edit.php?wid=38146&cid=581910

Denis 02/08/2016 13:49

Merci Djane,
malgré mon inscription, je ne retrouve pas ta page d'Atramenta. As-tu une autre porte d'entrée?

Denis 30/07/2016 11:10

Merci Djane pour ces mots que l'on sent tout droit venus d'une émotion vécue sur le chemin.
C'est un grand bienfait de vivre ces moments et un don de pouvoir les traduire.
Denis

Djane 29/07/2016 14:42

Chacun son chemin.


Autours des clochers,,
dans leur grand nid de branchages,
les cigognes éduquent leurs petits.
Elles leur racontent le long voyage à venir,
là haut vers la fraîcheur du nord.
Elles se rassemblent dans les grands champs labourés,
cherchant le vermisseau ou le petit rongeur affolé.
Je leur souhaite bon chemin,
elles battent des ailes
et claquettent aux quatre vents.
Je continue le mien vers l’ouest,
Les grenouilles dans les fossés
en eau abondante,
saluent le soleil au zénith.
Il réchauffe les heures balayées par un vent violent.
La poussière se soulève,
poudroie au loin.
Soeur, ma sœur Anne,
je ne voie qu’un horizon fuyant.
Tel un cow-boy
Je me cache le visage et plie face au souffle dominant.