Ce qu'on laisse en chemin

Publié le par Denis

Ce qu'on laisse en chemin

Il y a bien sûr ce qu'on oublie à l'étape ou ce qui tombe du sac, comme les affaires censées y sécher durant le jour et qui, mal accrochées, quittent le pèlerin pour mener une autre vie; chaussettes, soutien-gorge, accessoires de toilette.

Il y a les illusions, les inquiétudes vaines et les quelques autres choses que l'on sait n'être pas ajustées dans sa vie. Comme des affaires mal arrimées au sac, elles se retrouvent à gésir sur le bord du chemin.

Il y a la lie de notre esprit encombré qui petit à petit se dépose et vous abandonne en allant rejoindre la poussière du chemin.

Il y a les amitiés de circonstance, convenues juste pour ne pas être seul, qui ne tiennent pas le chemin.

Il y a enfin les quelques kilos superflus qu'on sent mais ne voit pas partir, tant leur départ est feutré, comme en catimini, s'excusant presque d'avoir occupé une place qui n'était pas la leur.

Asturga, le 17 juin 2016

Tous mes remerciements aux membres de l'association asturienne qui ouvre, en haute saison grâce à des bénévoles, ce gite de 95 places, dans une maison ancienne à côté de la cathédrale et dans laquelle les premiers pèlerins arrivés se réchauffent au feu de cheminée trônant dans la pièce principale.

Publié dans Compostelle

Commenter cet article