Bois

Publié le par Denis

Bois

A nu comme raboté, vissé, cloué, chevillé, le bois s'est toujours plié de bonne grâce à la main de l'homme.

A son regard, il offre ses veines comme un amant offre sa peau,

A son ciseau, il soumet ses nervures pour être sculptées.

Sous sa scie, il allonge son tronc pour être débité.

Compagnon de son repos, lorsqu'il est banc,

Il devient le lieu de son supplice lorsqu'il est croix.

Entre le bois et le pèlerin, une histoire intime se noue, mêlant forêts profonde, charpentes de nefs ailées ou statuaire moyenâgeuse.

Il sait que le bois sera son dernier compagnon, offrant d'aller avec lui sous terre participer du mouvement perpétuel qui va de la mort à la vie.

Vézelay, le 15 avril 2016

Ma gratitude à la maison Caballus qui m'a hébergé sous ses voûtes et à la maison du pélerin où des bénévoles m'ont accueilli, soufflant et suant, avec des noix et du thé chaud.

Publié dans Compostelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Babeth L 16/04/2016 15:32

Coucou not'Denis !
Je vois, que même sans nous, tu es passé à Caballus...C'est ça "la route"...
Merci pour ces beautés que tu nous fais partager au gré des jours et de tes "visions"
Je mesure mieux le cadeau que l'on se fait d'être un peu avec soi-même, comme tu le vis en ce moment. Même si les pieds renâclent un peu les 1ers jours, cela est apparemment oublié !
Nos pensées cheminent avec toi, courageusement.
PS : l'ange, au fait, c'était sûrement moi...pfffff...
Grosses bises, et continue, ça nous ressource aussi !
Babeth

Denis 17/04/2016 18:25

Merci Babeth pour ton gentil message. Tu fais parti de ceux à qui j'ai pensé en voyant cet ange, c'est sûr.