Terres

Publié le par Denis

 

Terres, je vous  ai tant nommées.

 

Terre blanche des hauteurs,

On te dit battante, sensible,

Mais tu es docile sous le soc.

Comme une aristocrate,

En tes velours, tu accueilles

Le grain, qui te le rend bien.

 

Terre jaune et lourde des pentes,

Tu es la forte tête, la rebelle.

L’age de la charrue plie

A retourner tes argiles.

A l’abri de tes mottes, pourtant

Se cache une âme nourricière.

 

Terre noire des fonds

Fruit de la décomposition,

Tu reposes où stagnent les eaux.

Plus que le fer, c’est l’eau et le soleil

Qui t’attendrissent en vue des semis

Que la sécheresse épargnera.

 

Terres des hommes,

Blanches, jaunes ou noires

Vous portez la couleur de notre peau

Et notre nourriture de demain.

Fragile pellicule de fécondité,

Il faudra beaucoup vous aimer.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article