Jour d’août 2010

Publié le par Denis

Nul doute que le jour se lève sur tous,

Ceux dont les maisons sont léchées par un feu sauvage

Et ceux dont les eaux ont tout emporté dans leur course,

Ceux qui accueillent la vie encore fripée dans des bras heureux

Et ceux qui pleurent à la joie de retrouvailles inespérées,

Ceux qui, arrachés à leur camp, volent vers un pays hostile

Et ceux qui voient tomber le couperet de leur fin de droit,

Ceux qui brandissent leur médaille comme un défi

Et ceux qui apprennent la rémission complète de leur maladie

 

Nul doute que le jour se lève pour tous,

Mais tous n’auront pas le même cœur à le contempler

Comme un jour sans intention, ni volonté,

Recevant son même compte d’heures et de lumière

Que les jours qui l’ont précédé et que ceux qui vont le suivre.                         

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article