Haiku du Givre

Publié le par Denis

 

Le rayon du givre

Ne perce jamais la feuille

Sur laquelle il brille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean luc 17/01/2010 09:07


La tendresse des lumières d'hiver, éphémère et timide, donne aux arbres nus et aux rondeurs des collines évasives une sensualité qui incline, au-delà de la nostalgie, à aimer l'immobilité de
l'éternité dans la seconde même où elle n'est plus qu'un passé recomposé. Retenir une émotion à l'instant de sa disparition, telle est la gloire des mots. JL