Le patriarche

Publié le par Denis

De s’être couché sur la mousse encore tiède,

Il n’avait laissé que son empreinte animale

Avant de courir au devant du jour, comblé .

 

Sous les grands arbres, la nuit palpitait encore

Comme sa jeune chair émue de tant de saisissements.

Il avait alors senti la promesse d’une vie féconde.

 

Bien des années plus tard, allongé

Sur la mousse d’un lit définitif,

Il revécu cette nuit, où il avait embrassé la terre.

 

La terre qui lui promettait de le nourrir, lui et les siens,

Puis de l’accueillir au bout de sa course.

Rassasié de jours, il s’y abandonna.

Publié dans 'poétie'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article