Prière de la dernière feuille de l’arbre

Publié le par Denis

 

La dernière feuille de l’arbre

Ayant vu toutes les autres le quitter,

Et ayant résisté jusque-là à tous les vents

S’est laissé choir, elle aussi, vaincue.

 

Non sans avoir dit la prière que voici :

 

« D’air et de lumière, je me suis nourrie.

De sève et d’eau, je me suis abreuvée.

J’ai servi l’arbre et l’arbre s’est fortifié.

Je vais disparaître, ayant fait ma tâche.

 

Je n’irai pas au ciel. J’irai vers le sol.

C’est le sort de toutes les feuilles.

Mon limbe terni, mes nervures craquantes,

Je les offre à la terre, en nourriture.

 

Que les êtres vivants se repaissent de moi

Me taillent, me dégradent, me décomposent

Et que je disparaisse en tant que forme

Pour servir encore la vie, grouillante au pied de l’arbre.

 

Qui suis-je pour vouloir garder mon apparence

De feuille, bruissante  éternellement ?

Qui suis-je pour désirer être caressée du vent

Sans que jamais celui-ci ne se lasse ?

 

J’ai vécu l’hésitation du bourgeon naissant.

J’ai participé de l’exubérance printanière.

J’ai suffoqué sous la chaleur implacable.

J’ai vu la lente marche des fruits vers leur maturité.

 

Aujourd’hui, je demande une grâce,

Celle de garder la conscience de mon existence.

Non pour renaître infiniment sous une apparence

Mais pour participer de la vie, encore, et la servir.

 

Quand toutes mes cellules auront été transformées

Ingérées par certains, digérées par d’autres,

Quand j’aurai été mangée dix fois, cent fois,

Je sais qu’il restera de moi la trace d’une existence.

 

Est-ce trop demander que d’en garder conscience ?

Je ne parle pas de connaissance, juste de conscience.

Je ne souhaite plus peser, mais être reliée.

Est-ce désir exagéré que de vouloir encore servir la vie,

Après la chute ?

 

  

  

 

 

  

 

 

 

Publié dans prose poétique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Denis 10/11/2017 22:39

Merci Annie pour ton message et ta lecture fidèle .

annie 09/11/2017 11:26

Magnifique allégorie... comme je voudrais arriver à dire la même prière au bon moment!! Merci encore Denis