Article publié depuis Overblog

Publié le par Denis

Vitraux

Alors que nos cousines les vitres font oeuvre de transparence, nous transmuons la lumière. Avant de pénétrer dans les lieux que nous protégeons, elle se se glisse dans notre pâte translucide et se charge de notre histoire. Ici à l'abbatiale de Conques, point de saints cavaliers ni de bergères dont l'histoire édifie, à montrer. M. Soulages nous a voulus tels que la peau des moutons d'origine que nous avons remplacée. Ainsi le pèlerin reçoit-il les bleus , les ors, les roses que diffractent nos alvéoles enserrées dans leur métal, comme une aspiration vers la hauteur et une invitation à la contemplation.

Conques, le 31 juillet 2017

Tous mes remerciements aux chanoines de l'abbatiale qui veillent sur les lieux et accueillent les pèlerins, avec une équipe d'hospitaliers bénévoles, dans leur hôtellerie multi centenaire aux murs de granit rose.

Commenter cet article

Sophie 01/08/2017 10:55

Ah ! revoilà les petits cailloux semés sur le chemin millénaire. La photo rend bien le chromatisme des vitraux de l'abbaye Sainte Foy, où le noir est en réalité multicolore...

Denis 01/08/2017 20:55

Merci Sophie,
Oui, ces vitraux restent magiques, comme l'est cette étape de Conques.