Combats

Publié le par Denis

Au plus fort de nos combats

Il y a toujours une jeune aube

Qui attend notre défaite

Pour venir nous étreindre

Et nous relever de son jour nouveau.

*

La victoire du faible n’a pas l’arrogance

Du succès des puissants.

Elle ne change pas de robe pour la fête

Et se cache de la pleine lumière.

*

Le combat intérieur se joue à mains nues

Mains heureuses, sales, vives ou flétries           

Chacune a tenu une part de nous même

Et veut en faire son étendard.                                

*

L’ange a accepté le combat

L’homme le défie du haut de sa condition

Il pense lui arracher un pan de sa divinité

Il en ressort boiteux, comme leur alliance.

*

 Les oripeaux de la bataille trainent encore

Que déjà le vainqueur revêt un vêtement neuf.

Il ne saura pas ce que c’est que la nuit du doute

Irisé par le sang blond des victimes.

 

 

Publié dans prose poétique

Commenter cet article