Conte du temps réfugié

Publié le par Denis

Conte du temps réfugié

A l’abri derrière la barrière

Sous un simple chaudron rouillé

Le temps s’est réfugié.

Las de poursuivre sa course. 

 

Chaque génération le poussait à aller plus vite.

Et comme il ne sait pas résister,

Le temps, car  il va, il va de l’avant.

Il s’est mis à accélérer, pour faire plaisir.

 

Et chacun de rêver qu’il pourrait ajouter

Des heures à la course du soleil,

Des minutes au cadran de la montre

Pour gagner, aimer, vivre plus.

 

Mais bien vite, le temps s’est aperçu

Que plus il accélérait, plus ils en demandaient.

Leur appétit était devenu insatiable

Jamais ils n’avaient assez de temps.  

 

Il ne savait plus fournir ! Aux abois,

Poussé dans ses retranchements,

Haletant, il a retourné les pouces

Et s’est couché sur la mousse.

 

Il est devenu, ici, l’ami du chèvrefeuille

Des enfants et des amoureux,

Qui viennent cacher leurs jeux mutins

Derrière cette barrière, dans ce coin perdu

 

Où le temps s’est arrêté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article