Affranchie

Publié le par Denis

Elle se tenait au volant, ivre, non pas d’alcool, mais de liberté.

Elle venait de se défaire d’un lien qui la rendait esclave.

Sur la route, chaque virage était l’arc d’une aile,

Chaque ligne droite, une flèche tendue. Elle volait.

*

Au dehors la campagne souriait à sa joie.

Les pairies ruisselaient de mille corolles

Les collines, ne voulant pas être en reste,

Dansaient, soulevant leur tablier de forêt.

                               *

Elle goûtait l’instant d’une jeune éternité

N’ayant pour autre limite que sa propre vie.

Du creuset d’où suintait hier encore la peur

Débordait une plénitude de conquérante.

*

Elle avait vaincu. Elle n’était plus dominée

Par la servilité qui l’avait faite ombre et douleur.

Elle savait désormais que nul ne viendrait plus

Lui voler le souffle qui l’habitait profondément. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article