Eternité

Publié le par Denis

Cette langue qui court

Et chante par-dessus les toits, les monts et les rivières,

C’est la langue de l’éternité.

Le récit qu’elle nous livre est de tout temps

Elle nous dit que tout a été, est et sera.

 

Sur les volcans qui  s’entraillent, elle passe

Sur les bâtisseurs qui s’érigent, elle passe

Sur la forêt qui saigne, elle passe

Sur le nouveau-né hébété, elle passe

Et dit que le temps, lui, ne passera pas.

 

Le temps est là, immobile, qui contemple le monde

La terre et le vaste ciel, et le vide entre les étoiles.

Le temps ne désespère pas. Il  se sait le maître.

Quand tout s’agite et se mêle, surgit, naît, se fond, se déplace, se meurt,

Il voit, le temps. Il dit que ça va passer. Lui restera.

 

Il est là, de toujours et pour toujours,

Partout et nulle part, au-dedans comme au dehors,

Dans sa position favorite de l’attente…

 

Main dans la main avec l’éternité,

Qui lui passe parfois la langue sur la joue.

 Mais qu’attend-il, le temps ?

Publié dans prose poétique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article